mardi 22 août 2017

L'année solitaire - Alice Oseman

Ce n’est pas une histoire d’amour...

Mon nom est Tori Spring. L’année dernière, j’avais des amis. C’était avant. Avant tout ce truc avec Charlie, avant de devoir réfléchir à mon avenir (il paraît que ça se décide au lycée), avant de constater que les blagues des autres ne me font jamais rire. Maintenant, j’aime bloguer et j’aime dormir.
Mais il y a SOLITAIRE et Michael Holden.
Je ne sais pas ce que SOLITAIRE cherche à faire, et je me fous de Michael Holden.
Je m’en fous.

  • Titre VO : Solitaire
  • Auteur : Alice Oseman
  • Éditeur : ADA (Québec), Nathan (France) 
  • Année de parution : 2015
  • Nombre de pages : 424 pages 
♥♥♥
ou 16/20

Tout ce que j'ai pu entendre sur ce bouquin depuis sa sortie m'a toujours attirée d'une façon ou d'une autre. Je ne sais donc pas comment j'ai fait pour résister 2 ans avant de m'y plonger, mais l'attente n'aura pas été vaine. J'ai été charmée par la candeur de l'histoire, mais j'ai également eu l'impression que l'auteure avait parfaitement saisi l'essence de l'adolescence... Il faut dire qu'Alice Oseman n'avait que 19 ans lorsque le roman a été publié ! 

L'année solitaire, c'est celle de Tori Spring, une adolescente bougonne. Depuis que sa meilleure amie Becky l'a laissé tomber pour partir à la chasse aux garçons et que son frère Charlie demande une surveillance constante, Tori se réfugie sur Tumblr. En fait, le moins elle sort de chez elle, le mieux elle se sent. Sauf que ça, c'était avant que Michael Holden débarque. Avant qu'un individu portant le pseudonyme de Solitaire se mette à semer la pagaille entre les murs du collège. Avant que Tori ne se décide à laisser une chance aux gens. 


Laissez-moi vous dire que j'ai eu un plaisir immense à lire ce roman. Malgré ses lacunes. Malgré ses non-sens. L'histoire était juste beaucoup trop adorable et réaliste, d'une certaine façon... À vrai dire, ce sont les petits détails qui donnaient vie au récit, les petites choses dans lesquelles je me reconnaissais tellement que ça me tirait des larmes (du genre : omg, je ne suis pas la seule à faire ça). Des trucs de fille associable, entre autres. Parce que l'intrigue principale, elle, a réussi à me faire grincer des dents plus d'une fois par son manque de réalisme et ses incohérences (mais comprenez bien que j'avais toujours du plaisir à lire le livre). Oui, j'étais intriguée de savoir qui pouvait bien se cacher derrière Solitaire, mais ses actions étaient si incongrues, sans compter la réaction absurde des gens, que j'ai plusieurs fois levé les yeux au ciel. 

Par ailleurs, j'ai été agacée du manque de réponses fournies dans le livre. Peut-être justement parce que je l'aimais trop et que j'en voulais plus. Genre... Je n'ai jamais su clairement le lien entre les problèmes de Charlie et le fait que Tori n'ait plus d'amis. Ni pourquoi Michael avait des sautes d'humeur. Ni pourquoi il arrivait toujours à surgir au moment où on s'y attendait le moins. En gros, j'en voulais PLUS sur Michael. Et comment Solitaire a réussi à faire tout ce qu'il a fait. Et pourquoi. Pourquoi. POURQUOI.


Une autre chose qui m'a déçue, même si ce n'est pas vraiment un critère valide pour disqualifier un livre, c'est le fait que la prémisse '' Ce n'est pas une histoire d'amour'' n'ait au final pas été respectée. Je sais, c'est peut-être con, mais je me réjouissais de, pour une fois, tenir entre mes mains un livre où une ado ne finissait pas forcément dans les bras d'un gars. Et le pire, c'est que j'ai adoré cette histoire d'amour, comme toujours (ou presque), aussi petite était-elle (elle prenait surtout de l'ampleur vers la fin). C'est peut-être la célibataire endurcie en moi qui chigne, mais il me semble que ça ferait du bien de montrer parfois qu'on peut être une personne entière.... par soi-même. Et que ce n'est pas tout le monde qui trouve l'amour de sa vie à 16 ans, ni l'amour point. Enfin bref, vous voyez le genre. Apparemment je vais devoir écrire ce livre moi-même (ou vous avez des suggestions ? Je crois qu'il m'en faudrait, LÀ).

L'ambiance générale du livre était géniale, notamment à cause des références. J'ai tout de suite su que j'allais aimer ce roman quand 2 des 3 premières pages ne contenaient que des références à Harry Potter. Il y avait des tas d'autres références à la culture populaire et à celle de Tumblr, ce qui ne pouvait que me faire sourire. Et puis, pour une amoureuse de l'Angleterre comme moi, j'étais plus que ravie de constater que l'histoire se déroulait dans ce pays ♥ 


Les personnages étaient définitivement attachants. Tori pouvait être chiante, c'est vrai (mais pourquoi s'acharner autant à repousser les gens ??). Toutefois, je crois que plusieurs pourront se reconnaître en elle par leurs insécurités, leurs moments bougons, leurs frustrations. C'est ce qui faisait d'elle un personnage très intéressant. D'un autre côté, il y avait Michael, un garçon très drôle et dynamique, quoiqu'un peu perturbant. J'ai aimé son originalité. Becky m'agaçait parfois, elle semblait très superficielle, mais je me demande si ce n'était pas seulement parce qu'on la voyait du point de vue renfrogné de Tori. Lucas, un personnage qui débarque en même temps que Michael, m'a laissée perplexe... Je ne savais jamais si je devais l'aimer ou pas. Finalement, coup de cœur majeur pour Charlie et Nick, son copain. Ils étaient adorables. À ce propos, si vous avez lu le livre et que vous les avez autant aimé que moi, sachez qu'Alice Oseman a créé une bande dessinée trop mignonne à leur sujet sur Tumblr ^^ .

En conclusion, L'Année solitaire est un livre drôle, touchant et très ressemblant à ce que peuvent vivre les ados. Il n'est pas parfait, mais j'ai eu un véritable plaisir à le lire. Alice Oseman est une auteure et une illustratrice que je suivrai sans une once d'hésitation dans le futur (Radio Silence, j'arrive). 


4 commentaires:

  1. Oh je note ! Merci pour la découverte, il a l'air sympa :)

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Il est vraiment chouette ! Très impressionnée par le travail d'Alice Oseman :o

      Effacer