jeudi 18 janvier 2018

Silence Radio - Alice Oseman

Je suis Frances, Frances la sérieuse, la solitaire, la discrète. Je passe mon temps à étudier. J’ai un seul objectif : entrer à Cambridge après le bac.

Je suis Frances, la vraie Frances. Je suis fascinée par le mystérieux Silence Radio et sa chaîne Youtube Universe City. J’aime rire et j'aime dessiner. Et puis je rencontre Aled. Avec lui, je peux enfin être moi. Avec lui, je vais enfin avoir le courage de trouver ce qui compte vraiment pour moi.

  • Titre VO : Radio Silence
  • Auteur : Alice Oseman
  • Éditeur : ADA (Qc), Nathan (France) 
  • Année de parution : 2017
  • Nombre de pages : 417 pages
Coup de 
ou 19/20

J'AI LU 417 PAGES EN UNE JOURNÉE. 417 foutues pages. Je n'avais jamais fait ça avant, c'est vous dire à quel point Radio Silence était fabuleux (ou à quel point je n'avais pas de vie cette journée-là ? Haha). J'avais déjà lu auparavant L'Année solitaire, de la même auteure, auquel j'avais trouvé plusieurs lacunes tout en appréciant sincèrement l'univers d'Alice Oseman. La jeune écrivaine de 23 ans a toutefois fait un solide retour avec Silence Radio, un roman parfaitement ancré dans la culture des jeunes adultes à l'heure du virtuel. Un roman qui, cette fois, a certainement été mené avec brio de la main d'une auteure plus mature de ses expériences. Décidément, ce roman m'a soufflée.

Ce qui est intéressant, c'est que l'on retrouve la même ville que celle où se déroulait L'Année solitaire, sans pour autant que les protagonistes soient les mêmes (bref, c'était juste un beau clin d’œil). Nous avons donc affaire cette fois-ci à Frances, une jeune fille particulièrement axée sur la réussite scolaire... Ou du moins, en apparence, car dans ses temps libres, Frances écoute religieusement les épisodes d'un podcast nommé Universe City et passe des nuits blanches à produire des illustrations fan art pour cette série. Ce n'est pourtant que le jour où Frances rencontre Aled, un grand fan de la série, qu'elle peut enfin être elle-même, s'accorder le droit de réfléchir à son passé et de redéfinir son futur. Un hymne au pouvoir de la culture populaire et virtuelle dans la vie des adolescents. 


Sans vouloir me répéter (en fait, si, je veux me répéter), j'ai a-do-ré. Je me suis immédiatement sentie happée par l'histoire de Frances, que je ne voulais plus lâcher. Alice Oseman réussit un tour de force en captant parfaitement l'esprit de tous les geeks de 17 ans de ce monde, sans pour autant réduire leurs pratiques au ridicule ou au pathétique. On est bien loin du cliché de la fangirl qui ne fait que se morfondre dans sa chambre (bon ok, Frances ressemble un peu à ça au début, mais ça se règle assez vite), sans pour autant éviter les problèmes qui frappent de plein fouet notre génération : anxiété, dépression, etc. Frances (et plus tard Aled) est une fangirl flamboyante, qui s'implique pleinement dans sa passion. Sa consommation de culture est par ailleurs tout à fait crédible et inspirante (j'ai eu envie de découvrir certaines séries/podcasts, notamment Welcome to Night Vale, le podcast dont s'inspire Universe City). On sent bien la présence d'Alice Oseman derrière les choix culturels et cette particularité rend son roman vraiment authentique. 


Radio Silence brasse aussi des idées importantes, ce qui, en plus de l'intrigue, permet de ne jamais s'ennuyer. D'abord, Alice Oseman porte toujours un soin particulier à mettre en place des personnages issus de la diversité dans ses récits : métissage, homosexualité et bisexualité, problèmes mentaux, personnages ''imparfaits'' ou capables d'une véritable sensibilité... Tout ça sans que la diversité n'ait l'air forcée dans le roman, comme certains auteurs semblent le faire dans le seul but de bien paraître (ce qui, à mon avis, est malheureusement le cas avec d'autres livres/séries/films). Elle soulève aussi des questions par rapport aux bienfaits de l'université et à sa nécessité, ce que très peu de romans pour ados ont osé faire jusque-là. 

L'intrigue était parfaitement soutenue, à la fois portée par l'émotion et le suspense. Certaines questions restaient sans réponse pendant une bonne partie du livre, ce qui m'a souvent poussée à immédiatement poursuivre avec un autre chapitre. À d'autres moments, je continuais à lire parce qu'il m'était impensable de laisser les personnages, CES PERLES ♥, dans une situation aussi désolante.


Comme je viens de le dire, les personnages sont absolument géniaux. Ce qui m'a le plus marquée, c'est leur sensibilité et le fait que leurs émotions soient si vibrantes. De tout le livre, je ne voulais que les prendre dans mes bras, sans pour autant qu'ils soient... mous. Frances en est un excellent exemple, je trouve qu'il s'agissait d'un personnage féminin bien inspirant, notamment dans ses relations avec les autres et avec ses convictions. Aled était absolument adorable et son amitié avec Frances m'a littéralement fait fondre. Daniel est un personnage qui était plus difficile d'approche, mais qui s'est révélé être beaucoup plus complexe que prévu. J'ai aussi adoré la relation de Frances avec sa mère.

Bref, je vais m'arrêter là pour ma chronique de Radio Silence, sans quoi je pourrais bien poursuivre pendant des heures. Je ne peux que vous conseiller de vous lancer corps et âme dans cette lecture, que vous ayez aimé L'Année solitaire ou non (en fait, l'univers reste très semblable, mais les problèmes narratifs ont été éradiqués dans ce deuxième livre pour ne laisser que le meilleur♥). Et tant qu'à y être, allez donc suivre Alice Oseman sur tous ses réseaux sociaux, elle est absolument adorable. 

4 commentaires:

  1. J'avoue que la couverture ne m'attire pas trop, mais je passerais peut être outre un de ces jours pour le lire quand même vu ton avis !

    RépondreEffacer
  2. Je l'ai aussi déjà lu et j'ai aussi adoré !!! Je me suis d'ailleurs depuis procuré l'année solitaire qui m'attend dans ma P.A.L ^^

    RépondreEffacer
  3. Waouh tu me donnes vraiment envie de le lire ! D'autant que j'avais adoré l'Année Solitaire ! :D

    RépondreEffacer
  4. Ta chronique est superbe ! J'avais adoré ce roman moi aussi. Par contre je n'ai pas lu L'année solitaire donc tu m'apprend quelque chose en disant que ça se déroule dans la même ville.
    Merci de faire de la pub pour cette histoire si touchante !

    RépondreEffacer